REALITE AUGMENTEE – REALITE VIRTUELLE ET THERAPIES

Les psychoses sont désormais traitées grâce à la puissance de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. La
médecine traditionnelle n’est pas la seule à profiter de ces technologies.

Les possibilités de faire vivre à un patient des expériences de mise en situation dans des conditions presque réelles avec les outils de la RA ou la RV revêt d’immenses potentialités. Des sociétés commencent à se spécialiser dans le domaine avec l’aide d’experts du domaine. Et des médecin, psychothérapeutes, psychiatres s’équipement petit à petit.

 

Comment la réalité augmentée ou virtuelle agit sur le cerveau :

La technique s’appuie avant tout sur le fait qu’il va être possible ‘exposer’ le patient à diverses situations qu’il va vivre dans un cadre sécurisant, au rythme voulu, avec l’intensité voulue. Choses qu’il serait bien difficile de recréer dans in vivo.

En réalité virtuelle, le patient est immergé dans un univers créé pour lui par le thérapeute en fonction de ses besoins, de ses phobies.

En réalité augmentée, des informations ajoutées au réel peuvent être aussi bien visuelle qu’olfactives ou auditives voir même tactiles avec des interfaces créant un univers d’hyper réalité.

Ces technologies sont maintenant tout à fait maîtrisées et accessibles aux professionnels de la santé dans les centres de recherche mais aussi au niveau du cabinet médical. Nul besoin d’être un informaticien aguerri.

 

L’efficacité de la réalité augmentée et virtuelle sur les psychoses est prouvée

Des études récentes ont démontré que le ressenti de l’exposition sous AR ou AV est identique au vécu d’une situation réelle in vivo aussi bien au niveau des réactions émotionnelles que de comportement. La comparaison d’imagerie IRM du cerveau en situation in vivo ou en RA sont révélatrice de la puissance de ces technologies.

 (pour plus d’informations : voir ces deux études“The validity of virtual environments for eliciting emotional responses in patients with eating disorders and in controls,” 
et “Assessment of the emotional responses produced by exposure to real food, virtual food and photographs of food in patients affected by eating disorders,” )

 

Vaincre ses phobies grâce à la réalité augmentée

La multiplicité des situations, le réalisme, le cadre sécurisant, la scénarisation sont les principales clés de succès des apports de la RA – RV dans le domaine de la thérapie.

Car elles contribuent directement et fortement au processus thérapeutique comme exposé plus loin. Ainsi l’outil peut s’adapter, se paramétrer, se personnalisé, à des coûts faibles par rapport à des expériences in vivo qu’il faudrait scénariser et adapter à chaque patient.

Le système offre par ailleurs des capacités d’interaction du patient avec cet environnement qui seraient par nature impossible à recréer dans la réalité.

Les stratégies d’évitement qu’à généralement mis en place le patient dans la vie courant le protège contre la mise en situation. Il trouve dans la réalité augmentée la possibilité de vivre à nouveau ces situations progressivement et apprend à maîtriser ses réactions.

Chaque séance est également l’occasion de mesurer les progrès réalisés et la pertinence de la thérapie.

 

Un peu de théorie sur les comportements psychotiques

Les processus de changement en causes :

De longue date déjà, les spécialistes du domaine ont établi que l’acceptation aux changements que rencontre un individu sont régis par ce qu’on pourrait traduire en français par « le modèle Trans théorique de changement de comportement ».
Ce modèle défini les étapes que suit ou subit un individu lors d’un changement. Tout se passe en 5 étapes qui vont de la pré contemplation, la contemplation, la détermination, l’action et l’entretien.

Il s’agit d’un processus linéaire et chaque étape doit s’inscrire dans le temps.

Les disruptions, les perturbations dans le vécu, les sauts d’étapes, le timing du vécu vont induire des phénomènes de stress et de résistance puis des névroses.

La réalité augmentée tout comme la réalité virtuelle, grâce aux possibilité d’immersion hyper-réalistes, peut donc aider le patient à vivre ou revivre dans le bon ordre et avec le bon tempo ces étapes pour le mener vers la guérison pour les stress post-traumatique (TSPT) par exemple ou vers une meilleure appréhension d’une situation à vivre dans le cas de préparation.

 

Le processus d’action avec l’aide du thérapeute

Dans la phase ‘refletive’ le patient est exposé à une situation réelle stressante (exposition aux bestioles peu engageantes dans l’agoraphobie par exemple).
Il a alors la possibilité sous le contrôle et avec le concours du thérapeute de s’auto-observer, d’analyser en toute sécurité (malgré le réaliste du vécu), de reconnaître ses émotions, ses réactions, son ressenti, ses pensées.

Le thérapeute se chargera à cette étape de lui faire mettre en évidence les ‘généralisations’ et ‘croyances’ que le patient met ou a mis en place dans son esprit.

L’étape suivant, le thérapeute induit le changement en s’appuyant de l’analyse des pensées précédemment mis en évidence avec son patient tout en continuant à exposer le patient aux images augmentées.

La phase d’accommodation permet d’ancrer les nouvelles réactions/pensées dans le temps par des expositions de plus en plus fortes qu’offrent les outils de RA ou RV sous le contrôle constant du thérapeute ou du logiciel. Le patient peut être en effet sous contrôle électronique plus ou moins poussé qui va de la simple manipulation du joystick par le patient à la mesure du rythme cardiaque ou respiratoire avec des capteurs basiques jusqu’à l’IRM pour les labos de recherche.

Rien de neuf dans la méthodologie, ces étapes sont bien connues et sont généralement utilisées par les thérapeutes adeptes de techniques de thérapie cognitives et comportementales. Mais dans les techniques traditionnelles le thérapeute ne peut s’appuyer que sur l’imagination du patient faute d’outils adaptés.

Les études ont de plus montrées que la possibilité offerte par la RA-RV de scénariser la situation dans des contextes différents renforcent grandement la phase d’accommodation. Les outils de RA-RV sont là très utiles car permettent de créer à moindre coût de multiples situations hyper-réalismes et personnalisées.

 

La réalité augmentée et virtuelle déjà dans le cabinet médical

Quelques professionnels du secteur en France sont déjà équipés d’outils plus ou moins avancés. Ils ont souvent commencé par exploiter les outils de bio-feedback et commencent maintenant à s’équiper de logiciels plus pointus intégrant les technologies de réalité augmentée pour une meilleure efficacité des séances.

 

Plusieurs sociétés françaises se sont, en effet,lancées dans le développement d’outils et exploitent notamment les capacités du nouveau casque Oculus Rift.

Les Derniers articles sur la Réalité Augmentée
Les toutes dernières vidéos et actus directement dans votre boite mail
We hate spam just as much as you